[Test] Agents of Mayhem : un spin-off convaincant

Alors que le cinquième volet de la licence Saints Row est attendu par ses nombreux fans, Deep Silver Volition (Red Faction, The Punisher) tente de faire patienter son public en réalisant un nouveau spin-off, Agents of Mayhem.

Bienvenue à Séoul

De l'action non-stop !
De l’action non-stop !

Dans Agents of Mayhem, nous dirigeons un groupe de personnages qui ont pour mission de traquer et de capturer le terrifiant docteur Babylon, chef de la faction Legion. Durant l’aventure, il est possible de recruter différents agents qui possèdent tous des caractéristiques et une histoire qui lui est propre. Le titre comporte pas moins d’une douzaine de personnages, tous jouables.

En plus d’un mode solo long, le jeu regorge de missions secondaires et de quêtes réparties sur l’ensemble de la carte. Malheureusement, bien que ces activités soient nombreuses, elles deviennent très répétitives, car il s’agira toujours d’effectuer les mêmes actions telles que de la libération d’otages, prendre le contrôle d’un point stratégique, récolter des orbes, etc.

Quant à sa narration, le titre prend le parti de raconter son histoire à travers des cinématiques en 2D, image par image, à la manière d’un dessin animé. Il s’agit d’un procédé que l’on retrouve notamment dans l’ensemble des séries de super-héros, ce qui appuie l’aspect cartoon du jeu de Volition.

Un gameplay toujours aussi nerveux

La conduite est très arcade
La conduite est très arcade

Si vous avez déjà joué aux Saints Row, alors vous serez en terrain connu. Tout ce qui faisait la renommée de la célèbre licence se retrouve ici, intacte. Ce qui démarque Agents of Mayhem des autres jeux du genre, c’est sa gestion d’équipe. En effet, lorsque vous jouerez, vous aurez la possibilité d’assigner trois personnages dans votre groupe. Ainsi, et selon les situations, vous devrez passer de l’un à l’autre, selon ses caractéristiques.

Il y a également un souci qui est hérité de la série principale, son système de conduite. Certes, il n’est pas compliqué à prendre en main, mais il donne l’impression de conduire des caisses à savons. Malgré ce petit défaut, le titre est très nerveux, un vrai défouloir.

Une ambiance prenante

Il y a même un arbre de compétence
Il y a même un arbre de compétence

Visuellement, le jeu est joli. Il propose des environnements coloré avec un rendu en cell shading pour l’ensemble des modèles 3D. Au niveau de la technique, le jeu n’a pas beaucoup d’aliasing et il possède une distance d’affichage plus que bonne. Heureusement, Agents of Mayhem ne montre aucun ralentissement, et cela, malgré les nombreuses séquences d’actions.

Le principal défaut que je reprocherai au jeu est son manque de diversité, globalement on retrouve le même genre d’architecture un peu partout dans le monde.

Comme ses homologues Saints Row, le jeu est entièrement en VOSTFR avec des très bonnes voix chacune avec des accents prononcés, qui renforce l’aspect comique du jeu. Malheureusement, la bande son est trop calme et il manque des thèmes sonores marquants ou même des radios dans les différents véhicules.

Un concentré d’action, des personnages et des décors riches, une histoire bourrée d’humour, voilà les caractéristiques du nouveau jeu de Volition. La seule véritable déception est son absence de mode coopératif ou multijoueur, pourtant présent dans les Saints Row.

Test effectué sur la version PlayStation 4.
Les points
  • 7/10
    Graphismes - 7/10
  • 8/10
    Jouabilité - 8/10
  • 8/10
    Durée de vie - 8/10
  • 6/10
    Bande sonore - 6/10

Résumé

À découvrir

Maxim

Fan de jeux vidéo depuis mon enfance, j'ai eu l'occasion de jouer à énormément de licences, des plus connues aux moins connues. J'aime également la musique, le cinéma, le dessin et la photographie.

Laisser un commentaire

Scroll Up