[Review] Ça : un remake de qualité

Très attendu par les lecteurs de Stephen King, Ça est l’adaptation de l’un de ses plus célèbres romans. L’histoire avait déjà été adaptée sous forme de mini-série américaine par Tommy Lee Wallace en 1990. Le remake de cette année, sorti depuis le 6 septembre en Belgique, était-il à la hauteur des attentes des cinéphiles et fans du genre ? 

Étant donné que je n’ai pas encore lu le roman, je ne critiquerai pas le film en tant qu’adaptation mais en tant qu’œuvre à part entière.

 

Un scénario rythmé

À Derry, dans le Maine, sept enfants ayant du mal à s’intégrer se regroupent et créent le « Club des Ratés ». Leurs points communs ? Ils sont les cibles préférées des grosses brutes du lycée et ont chacun été victime de « Ça », un terrible prédateur qui leur fait vivre leur pire cauchemar. Ensemble, ils vont tenter de se débarrasser de cette créature qui surgit des égouts tous les 27 ans pour se nourrir de ses proies favorites : les enfants.

Une ambiance oppressante

Alternant humour et angoisse, le film est extrêmement bien rythmé. Les événements s’enchaînent sans laisser le temps au téléspectateur de s’ennuyer. Alors que beaucoup de films d’horreur préfèrent installer une ambiance terrifiante en n’hésitant pas à éterniser certaines scènes, Andy Muschietti agit différemment. Il emporte le spectateur dans un tourbillon d’événements dont il ne ressortira pas avant la toute fin du film. Une manière de faire ressentir cette ambiance malsaine et oppressante que vivent les enfants de Derry. Les scènes les plus banales s’enchaînent assez vite pour qu’elles aient, finalement, leur importance au même titre que les moments les plus gores.

Des personnages clichés

Le « Club des Ratés » au complet

Les personnages de « Ça » sont sans doute le point le plus mitigé selon moi. Que ce soit les enfants ou les adultes, ils m’ont tous paru extrêmement clichés. Sans aucune peine, j’ai très vite pu faire la liaison entre ce groupe de quatre amis et d’autres groupes d’amis provenant d’autres histoires. Ils m’ont tout de suite rappelé celui de Stranger Things, Les Goonies ou de Super 8.

Mis à part cela, les acteurs jouent vraiment bien. On ressent parfaitement le caractère juvénile des enfants. Pour le plupart, leur réflexion correspond tout à fait à celle d’un enfant, et ne fait pas trop adulte comme dans beaucoup trop d’autres films. Ils foncent bien souvent tête baissée sans réfléchir et sans mettre de plan en place. Certains sont plus trouillards que d’autres : ils ont peur, ils font demi-tour, ils aimeraient passer un été tranquille… Je les ai trouvés très réalistes dans leur comportement.

Le groupe mis à rude épreuve

Un peu plus haut, je vous parlais de l’humour constant de « Ça », et bien il est dû à notre « Club des Ratés », et particulièrement à Richie (Finn Wolfhard). Comme beaucoup d’enfants de son âge, Richie passe son temps faire des vannes sur les mères, les sœurs, le sexe… Bref, il parle comme un jeune.

Autre point que j’ai beaucoup apprécié : chaque enfant possède sa propre histoire. Même si elle n’est pas énormément fouillée, elle nous permet de connaître les peurs de chacun d’entre eux. Les personnages sont donc travaillés, ce que les réalisateurs ne prennent pas toujours la peine de faire pour leurs films. Néanmoins, j’aurais volontiers troqué certaines scènes terrifiante contre davantage d’informations concernant les enfants, notamment Henry ou Stanley.

De l’horreur facile mais réaliste

« Ça » est considéré comme un film d’horreur. Pour ma part, je le définirais plutôt comme étant un film gore à jump scares. Les seuls moments qui m’ont fait sursauter étaient des moments de surprise où Pennywise ou l’une de ses altérations apparaissent d’un coup à l’écran, autrement dit des « jump scares ». J’aurais aimé être effrayée grâce à d’autres stratagèmes. Les moments les plus effrayants s’avèrent finalement être des moments plus gores qu’autre chose. Si vous vous attendez à un film d’ambiance, passez votre chemin car il joue davantage sur le visuel.

Bill Skarsgård dans le rôle de Grippe-Sou

Les éléments du film sont d’ailleurs très réalistes. Que ce soit le clown Pennywise (Grippe-Sou), ses transformations, l’ambiance visuelle générale, etc., tout est parfaitement bien réussi : on a l’impression d’être à Derry avec les enfants. L’interprétation de Bill Skarsgård est impeccable : il joue Pennywise à merveille. L’acteur crève l’écran dès sa première apparition lorsqu’il fixe le petit Georgie d’un regard intense, tout en salivant abondamment. Lui et son discours sont hypnotiques et traumatisants !

En résumé, ce nouveau « Ça » répond parfaitement aux attentes, en tout cas au miennes. L’ambiance instaurée saura vous terrifier tout en vous captivant, et ce grâce à la superbe performance de Bill Skarsgård et des enfants. Un film que je ne pourrais que conseiller aux adeptes du genre !

Émilie

Je suis passionnée de lecture, jeux vidéo, cinéma et séries TV. Je m'intéresse depuis peu à tout ce qui touche à la papeterie et à la vidéo. Mes fictions favorites sont Harry Potter, Game of Thrones et Le Monde de Charlie. J'aime découvrir de nouvelles choses !

Laisser un commentaire

Scroll Up