[Chronique] L’Année de Grâce de Kim Liggett

Kim Liggett – Éditions Casterman (2020) –  448 pages – Dystopie

19,90€ sur Amazon

Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit.
Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté.
Pourtant, je ne me sens pas magique.
Ni puissante.

Un an d’exil en forêt.
Un an d’épreuves.
On ne revient pas indemne de l’année de grâce.
Si on en revient.

Mon avis

J’étais vraiment impatiente de découvrir L’Année de Grâce de Kim Liggett, et encore plus depuis l’annonce de sa traduction par les éditions Casterman car ils se sont surpassés au niveau de la communication de ce roman. En plus d’avoir réalisé un trailer, ils nous ont envoyé une box remplie de goodies (calendrier, badges, ruban…). Mais est-ce que ce titre tant attendu en valait réellement la peine ?

Il ne m’a pas fallu longtemps avant de me lancer dans cette histoire, et même s’il n’est pas parfait à mes yeux, il est loin d’être mauvais. Je regrette tout de même le grand nombre de prévisibilités scénaristiques dont il est malheureusement victime.

Dans L’Année de Grâce de Kim Liggett, nous faisons la connaissance de Tierney, une jeune fille de 16 ans dont la vie s’apprête à prendre un tournant décisif. En effet, dans le monde dans lequel elle vit, les femmes seraient détentrices d’une forme de magie qui les rendraient néfastes pour les hommes qui les entourent. Afin de se débarrasser de cette force qui les habite et de se purifier, elles sont envoyées loin de leur communauté pendant un an. Avant leur départ, les plus « chanceuses » d’entre sont choisies par un homme qu’elles devront épouser à leur retour, si retour il y a. Mais Tierney n’entend pas se soumettre aussi facilement au rôle d’épouse qui l’attend peut-être.

Je dois dire que ce résumé, ainsi que la phrase d’accroche présentant le livre comme le roman féministe de l’année, ont rapidement su me convaincre. Dès les premières pages, ont découvre un univers horriblement injuste envers les femmes qui ne sont bonnes qu’à tenir leur rôle d’épouse et de mère. Interdiction d’exprimer ce qu’elles pensent, de se rassembler, de rêver, de choisir la vie qu’elles désirent mener ou l’homme qu’elles souhaitent épouser. Le comportement des hommes est tout simplement révoltant dans ce récit. La thématique est intéressante et captivante, et c’est le point qui m’a donné envie d’avancer dans le roman.

Cependant, c’est au niveau du scénario que ça ne l’a pas réellement fait avec moi. Le début de l’histoire peine à démarrer et il faut attendre la fin de la première partie du roman (soit près de 200 pages) pour que les choses commencent à avancer. Et une fois que l’on entre dans le vif du sujet, tout est beaucoup trop prévisible. Il n’y a malheureusement pas un seul événement que je n’avais pas vu venir, alors que j’aime être surprise par le déroulement des choses dans une histoire.

J’ai également été très déçue de la construction de Tierney, et plus particulièrement de son changement de comportement lorsque la romance apparaît dans l’histoire (comme un cheveu dans la soupe, d’ailleurs) : on passe d’une héroïne forte et courageuse à la représentation la plus clichée possible d’une adolescente amourachée… Pour ce qui est des autres personnages, ils sont clairement laissés au second plan, ce qui est dommage car certains avaient un grand potentiel à mes yeux.

Au final, je conseille ce livre pour sa dimension féministe et les relations (bonnes et mauvaises) qui se tissent entre les personnages féminins de l’histoire. Mais la construction de l’héroïne et la prévisibilité de l’intrigue m’ont clairement refroidie. C’est donc un avis plutôt mitigé pour moi, mais je pense qu’il pourrait tout de même plaire à pas mal d’entre vous.

« À découvrir »

Merci aux éditions Casterman de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Un avant-goût

Il existe un lieu secret au fond de nous où ils ne peuvent ni nous voir ni nous atteindre. Ce qui brûle en toi brûle en chacune d’entre nous.

L’Année de Grâce, de Kim Liggett

Je suis passionnée de lecture, jeux vidéo, cinéma et séries TV. Je m'intéresse depuis peu à tout ce qui touche à la papeterie et à la vidéo. J'aime découvrir de nouvelles choses !

Laisser un commentaire

Défiler vers le haut