[Chronique] Trinkets de Kirsten Smith

Trinkets - Couverture

Kirsten Smith  – Éditions Robert Laffont (2019) – 307 pages – Jeunesse

16,90€ sur Amazon

On peut tout voler… sauf l’amitié. Vous connaissiez les Alcooliques Anonymes, sachez que les Voleurs à l’étalage Anonymes existent aussi : c’est là que Moe, Elodie et Tabitha se sont rencontrées. Car elles ont beau aller au même lycée, ce n’est pas pour autant qu’elles se fréquentent. Tabitha est la reine de sa promo, à la fois crainte et vénérée. Moe, quant à elle, traîne avec les fumeurs de joints, tandis qu’Elodie fait partie de ces invisibles qui n’appartiennent à aucun groupe. Par-delà les préjugés et les apparences, le vol à l’étalage va les rapprocher et, qui sait, peut-être les faire changer ?

Mon avis

Comme beaucoup, j’ai découvert Trinkets grâce à la série télévisée du même nom sortie un peu plus tôt dans l’année sur Netflix. J’ai donc profité de l’opération young adult lancée par le site Lecteurs.com pour me procurer ce roman, et je dois dire que j’ai bien fait car j’ai passé un assez bon moment (même si j’ai eu quelques problèmes avec la poste et que je n’ai reçu ce roman que très tard durant l’été…).

Dans Trinkets, nous faisons la connaissance de trois adolescentes que tout oppose, à un détail près : elles vont toutes les trois dans le même groupe de discussion, à savoir les Voleurs à l’étalage Anonymes. Les chapitres sont ainsi des morceaux du journal intime de Moe, Elodie et Tabitha que nous suivons à tour de rôle.

C’est un roman qui se dévore. Les chapitres sont vraiment très courts (entre une page et demie et deux pages), et l’histoire est simple, ce qui lui donne un rythme très rapide, parfois même un peu trop à mon goût. Mais à cause de cela, je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher aux personnages qui sont pourtant riches en diversité comme je vous l’explique juste après.

Il y a tout d’abord Elodie qui est la petite nouvelle du lycée passionnée de photographie. Personne ne fait attention à elle, et elle est addict au vol même si son père est toujours là pour lui acheter ce dont elle a besoin. Elle rêve de se débarrasser de l’image de petite fille qui lui colle à la peau. Il y a ensuite Tabitha, la fille la plus populaire du lycée qui sort avec le garçon dont toutes les filles rêvent. Elle vient d’une famille très aisée, mais on comprend vite qu’elle est mal dans sa peau, ce qui la pousse à voler. Pour finir, il y a Moe qui traîne avec les fumeurs de joint et qui vit chez sa tante. Avec ses cheveux rouges et son langage grossier, elle est la rebelle du groupe malgré son grand cœur.

J’ai très vite trouvé les limites de ce livre. Malgré une thématique originale, on n’explore pas la personnalité des personnages et j’aurais aimé les connaître davantage. J’ai trouvé que la série Netflix (que j’ai vue avant) est davantage parvenue à manier les trois héroïnes de façon à les faire aimer des téléspectateurs là où le roman se contente de peu.

Mais ce n’est pas une mauvaise histoire, loin de là. Je pense que pour l’apprécier, il faut savoir passer au-dessus des clichés et d’un potentiel qui n’est pas suffisamment exploité. Je reste un peu sur ma faim, mais c’est tout de même un récit plaisant parfait pour l’été : il se dévore et nous fait passer un agréable moment.

« À découvrir »

Un avant-goût

« Je ne m’attends pas à ce qu’il me jure un amour éternel ou qu’il crie sur tout les toits qu’on se roule des pelles de temps en temps, voir plus.
Mais au moins, avoue que tu me connais. Connard.
 »

2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire