[Chronique] Strong Girls Forever, tome 1 de Holly Bourne

Holly Bourne  – Éditions Nathan (2019) – 464 pages – Jeunesse

17,95€ sur Amazon

Dans le Club des Vieilles filles (comprendre : filles indépendantes et fières de l’être !), elles ont 17 ans et elles sont trois… Lottie, belle brune qui collectionne les garçons autant qu’elle les fait fuir par son intelligence. Amber, la pétulante rousse qui complexe de sa taille de girafe… et Evie. Evie a des crises d’angoisse qui l’obligent à se laver les mains 60 fois par jour et qui lui ont gâché la vie pendant des années. Aujourd’hui, elle ne rêve que d’une chose : devenir enfin « normale » ! Lycée, fêtes, copines… et un premier petit copain normal, est-ce trop demandé ?

Mon avis

Strong Girls Forever, tome 1 : comment ne pas devenir cinglée est la traduction du roman anglais Am I Normal Yet? de Holly Bourne. Je me l’étais procuré dans cette version en espérant me mettre plus assidûment à la VO, mais j’ai tout de même craqué pour la version française lorsque les éditions Nathan l’ont publiée. Et je ne regrette pas, car j’ai vraiment passé un super moment !

Dans ce récit, on fait la connaissance d’Evie, une adolescente qui souffre de TOC (Troubles Obsessionnels du Comportement) et qui est sujette à des troubles de l’anxiété. Malgré cette part de sa personnalité qu’elle garde bien pour elle, elle tente, tant bien que mal, de vivre une vie normale en s’intéressant aux garçons et en traînant avec ses nouvelles copines.

L’histoire d’Evie a su me toucher au plus au point. À travers elle, l’auteure aborde les notions de folie et de normalité, et j’ai trouvé sa façon de traiter les troubles de la personnalité vraiment pertinente et intéressante. Le roman de Holly Bourne est également féministe, mais le féminisme y est abordé de façon très simple et non moralisatrice comme dans la plupart des œuvres. L’auteure décomplexe des sujets comme les règles, les relations homme/femme, etc. et elle laisse ses personnages faire leurs propres erreurs et apprendre de ces dernières. Je m’attendais tout de même à ce que le féminisme soit davantage au centre de Strong Girls Forever, mais ce sont finalement les TOC qui prennent une grande place dans l’histoire.

Le seul point négatif que je pourrais lui trouver est la lenteur de l’histoire et son manque d’action, mais ce n’est pas plus dérangeant que cela dans un roman abordant ce genre de thématiques. En plus, Holly Bourne a une plume fluide et rythmée, ce qui m’a permis de terminer ce livre assez rapidement malgré ses 464 pages.

En résumé, c’est un roman que je conseille tout particulièrement, que ce soit aux adultes qu’aux adolescents. Ils y trouveront une belle leçon de vie et de l’espoir, mais également beaucoup d’humour. De plus, les gens ne se rendent pas nécessairement compte de ce que sont réellement les troubles obsessionnels compulsifs, et je pense que Strong Girls Forever peut les aider à y voir plus clair ! Une très bonne découverte.

« J’ai adoré »

Merci aux éditions Nathan de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Un avant-goût

« J’avais tellement l’impression d’être en retard sur le plan des relations amoureuses que j’avais été pressée de rattraper le temps perdu. Toutes ces années où j’aurais dû me faire peloter dans les soirées, dédicacer des chansons à la patinoire par des garçons boutonneux, prendre plaisir à être embrassée plutôt que de calculer mentalement combien de milliards de bactéries pourraient peupler une langue inconnue… Bref, j’étais persuadée d’être passée à côté d’une chose essentielle. »

Laisser un commentaire