[Chronique] Juniper Lemon de Julie Israel

Julie Israel – Casterman (2018) – 455 pages – Jeunesse

16€ sur Amazon

En ce premier jour de rentrée, Juniper Lemon serre tout contre son cœur, le sac de sa sœur Camie, disparue durant l’été. Pleine de colère et d’amour, Juniper note chaque jour au moins une chose qui lui apporte du bonheur. Ainsi que Camie le lui a appris…

Mon avis

Je dois avouer m’être avant tout lancée dans la lecture de ce roman pour sa couverture (futilité, bonjour). J’ai également été attirée par le titre, mais je ne savais pas vraiment de quoi il allait traiter. J’ai d’autant plus apprécié le fait de ne pas connaître l’histoire à l’avance car j’ai été très surprise !

J’ai été beaucoup touchée par Juniper, cette jeune fille altruiste et créative qui tente de survivre après le décès de sa petite sœur. Elle n’est pas du genre à s’apitoyer sur son sort, mais plutôt à aller de l’avant. Malgré le fait qu’elle ait du mal à faire face au regard des autres, elle va évoluer et réapprendre à vivre sans cet être cher. J’ai trouvé que l’auteure n’allait pas dans l’exagération, tout est juste, réel. Les parents de Juniper ont beaucoup de mal à traverser cette épreuve mais, petit à petit, ils vont tous tenter de se comprendre et se soutenir. L’intrigue paraît très simple comme cela, mais j’ai vraiment été touchée par ces personnages et leur manière de gérer la situation.

Je ne supporte pas lorsqu’une romance prend le pas sur l’histoire principale dans un roman. J’ai été agréablement surprise de constater que ce n’était absolument pas le cas dans Juniper Lemon ou la stratégie du bonheur. La romance est présente mais agréable, elle vient s’ajouter à la trame de fond sans pour autant la vampiriser. J’ai, par ailleurs, bien aimé le personnage de Brand qui a réussi à me toucher de part son histoire, et je pense que c’est en partie pour cela que la romance ne m’a pas parue trop excessive.

Vous l’aurez compris, les personnages sont donc le gros point fort de cette histoire. J’ai néanmoins relevé un léger bémol : les fautes. J’ai trouvé qu’elles étaient trop nombreuses, et cela peut paraître perfectionniste, mais je ne supporte pas la présence d’un trop grand nombre de fautes dans un roman. Dès que j’en repère une, je me focalise dessus, et je n’arrive plus à avancer dans l’histoire (au point parfois d’abandonner une lecture). Je voulais à tout prix connaître le fin mot de l’histoire, donc j’ai tout de même persévéré, et je n’ai pas été déçue !

En résumé, j’ai adoré les personnages, leur évolution et les relations qu’ils entretiennent entre eux. Il m’est arrivé de rigoler, d’avoir les larmes aux yeux, de vouloir soutenir les personnages… La fin du roman nous apporte toutes les réponses aux questions que l’on se posait, et j’ai adoré la manière dont tout cela se termine. Une belle histoire d’amour, d’amitié, de deuil et de pardon.

« J’ai adoré ! »

Merci aux éditions Casterman de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Émilie

Je suis passionnée de lecture, jeux vidéo, cinéma et séries TV. Je m'intéresse depuis peu à tout ce qui touche à la papeterie et à la vidéo. J'aime découvrir de nouvelles choses !

Laisser un commentaire

Scroll Up