[Chronique] Dix-sept ans d’Ava Dellaira

Ava Dellaira – Michel Lafon (2018) – 396 pages – Jeunesse & Contemporain

Nous poursuivons tous quelque chose…

Dans les années 1990, pour Marilyn, 17 ans, c’est la liberté. Enfermée dans les rêves de célébrité de sa mère qui l’entraîne d’auditions en castings, elle ne revit que lorsqu’elle retrouve le beau et insaisissable James. Mais les regards que certains portent sur la couleur de peau de James ne risquent-ils pas de détruire leur amour naissant ?

De nos jours, pour Angie, 17 ans, c’est la vérité. Alors que le monde semble s’être arrêté de tourner pour sa mère, Marilyn, la jeune métisse est prête à tout pour retrouver James, ce père qu’on lui a toujours caché. Embarquée par son ex-petit ami Sam, Angie fuit sa ville de province et plonge dans les rues bruyantes et colorées de Los Angeles, à la recherche d’un passé trop longtemps maintenu dans l’ombre.

Une mère, une fille, deux façons d’aimer

Mon avis

Il y a quelques semaines, le site Livraddict organisait sa toute dernière vague de partenariats. J’ai eu la chance de pouvoir y participer, et j’ai donc sélectionné le roman Dix-sept ans d’Ava Dellaira, auteure de Love letters to the dead, une histoire que je n’ai pas encore lue.

Ce livre se déroule dans deux époques différentes durant lesquelles nous allons suivre les destins entremêlés d’une mère et de sa fille. Ainsi, nous rencontrons Marilyn, 17 ans, durant les années 90. Elle nous raconte son amour pour James, un garçon qu’elle ne comprend pas totalement et que son oncle lui interdit d’approcher en raison de sa couleur de peau. Marilyn passe des castings d’actrice et mannequin pour faire plaisir à sa mère, et va, petit à petit, commencer à découvrir qui elle est réellement. En parallèle, nous suivons donc la fille de Marilyn, Angie, dix-sept ans, durant notre époque. Sa mère ne lui parle jamais de ce père qu’elle n’a jamais connu et un jour, elle découvre qu’elle lui a menti alors qu’elle lui faisait pleinement confiance. Avec son ex, Angie va se lancer à la recherche de l’histoire de sa famille.

Je pensais davantage accrocher avec l’une ou l’autre de ces jeunes filles, mais j’ai été finalement assez surprise de constater que je les ai autant appréciées l’une que l’autre. Les deux histoires sont complémentaires et pourtant totalement différentes, ce qui fait que j’ai beaucoup apprécié ces deux périodes.

La couverture dégage une certaine fraîcheur, mais détrompez-vous : il ne s’agit pas vraiment d’un roman léger. Vous y trouverez, bien entendu, la thématique du premier amour qui est assez classique dans la littérature young adult, mais pas seulement. Le deuil, la reconstruction de soi et le racisme sont également au cœur de cette histoire, ce qui lui donne un ton parfois grave.

Dix-sept ans est un roman magnifique qui se laisse dévorer. Il nous transporte dans les relations familiales, le premier amour, mais également le deuil et les problèmes raciaux. Plus j’approchais de la fin, et moins j’avais envie de quitter les personnages. Je pense me plonger assez vite dans Love letters to the dead pour retrouver la plume d’Ava Dellaira !

« J’ai adoré »

Un grand merci aux éditions Michel Lafon et à Livraddict pour l’envoi de ce roman !

Émilie

Je suis passionnée de lecture, jeux vidéo, cinéma et séries TV. Je m'intéresse depuis peu à tout ce qui touche à la papeterie et à la vidéo. J'aime découvrir de nouvelles choses !

Une pensée sur “[Chronique] Dix-sept ans d’Ava Dellaira

  • 10 juillet 2018 à 13 h 21 min
    Permalink

    Je te rejoins totalement sur ton avis. J’ai adoré ce roman qui met en avant les ségrégations raciales qui sont, malheureusement, toujours d’actualité. C’est un très beau roman qui m’a également donné envie de lire Love Letter to the Dead qui dort dans ma PAL depuis un moment.

    Répondre
    • 11 juillet 2018 à 13 h 26 min
      Permalink

      Tout comme toi, Love letters to the dead est dans ma PAL depuis bien trop longtemps !
      Merci pour ton commentaire 😀

      Répondre

Laisser un commentaire

Scroll Up